Images


Activités du collectif.



No Tav Juillet 2018



Fin Juillet dans la vallée de Suse en Italie, c'est déroulé la 3e édition du festival "Alta Felicità"  réunissant 40.000 personnes pour 3 jours de concert, débat avec des visites de la région et une grande manifestation à travers la vallée jusqu'au chantier.

 

https://www.facebook.com/pg/festivalaltafelicita/about/?ref=page_internal

 

https://www.facebook.com/NO-TAV-40019706447/




Bar-Le-Duc 16 Juin 2018



Samedi 16 juin, une manifestation était organisée à Bar-le-Duc, dans la Meuse, pour marquer la vivacité de l’opposition au projet de poubelle nucléaire de Cigéo, à Bure. De nombreux ateliers et débats se sont tenus le matin, avant que la manifestation, rassemblant plus de 2.500 personnes, parcoure les rues et les quais de la cité de 15.000 habitants. Quelques dégradations d’entreprises supposées liées à l’Andra ont été commises, entraînant quatre interpellations par les CRS et gendarmes.


Le Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs (CEDRA), les élus de l’Eodra, ou les Chouettes-Hiboux de Bure, organisateurs de la manifestation, ont décidé à la suite des discussions de boycotter le débat public qui sera lancé sur la gestion des matières et déchets radioactifs à la rentrée. Un appel a été lancé à la mise en place de débats « autogérés ». Une semaine d’action est prévue à partir du 3 septembre.

 

https://reporterre.net/VIDEO-Les-manifestants-de-Bar-le-Duc-contre-les-dechets-nucleaires-rejettent-le


1er Mai 2018



ils commémorent, on recommence!



Zad Partout



Nantes - Notre-Dame-des-Landes : les images marquantes de 10 jours de combat

 

Une réunion sans issue avait lieu cet après-midi, entre les occupants de la ZAD, la préfète de Nantes et Nicolas Hulot, durant laquelle les représentants du gouvernement se sont montrés inflexibles et belliqueux.

Alors qu'une reprise des hostilités à outrance menace à nouveau la ZAD dès lundi, retour en 40 images marquantes sur les dix dernières folles journées, à Nantes et Notre-Dame-des-Landes.

Merci aux reporters qui nous font parvenir ces photos pour la plupart inédites.

Messages de soutien de liège pour la Zad de NDDL .



Week-end inter-comités à Bure



Les hiboux hululent, l'andra et ses sbires capitulent.

 

Vous ne rêvez pas : nous sommes bien dans un petit village meusien, où 130 habitant.e.s sont placé.e.s sous haute surveillance militaire.

La raison de cet important dispositif ? La présence d'opposant.e.s déterminé.e.s à lutter contre un projet soutenu par l'Etat mais fortement contesté par l'opinion publique et les scientifiques (http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/01/15/stockage-radioactif-de-bure-une-copie-a-revoir_5241682_3244.html)

Aujourd'hui, nous sommes arrivé.e.s à un stade où le gouvernement n'a plus d'autres choix que celui d'imposer son projet par la force, l'ANDRA s'étant révélée incapable d'apporter suffisamment d'arguments pour le justifier.

Pour suivre le déroulement de ce week-end de rencontres inter-comités, rendez-vous sur vmc.camp, ou sur twitter en suivant @Ziradies !

https://reporterre.net/Face-a-l-Etat-brutal-les-hiboux-de-Bure-manifestent-leur-sagesse



10 février : feu de joie contre l'aéroport et son monde



10 février 2018 : la Déclaration d'Utilité Publique du projet d'aéroport, décidée 10 ans plus tôt par le préfet de Nantes, est officiellement périmée. Il n'y aura jamais d'avions à Notre-Dames-des-Landes. Il est midi. Au Gourbi et à Saint-Jean du Tertre, deux lieux de la ZAD, deux points de départ pour converger vers la ferme de Bellevue, et fêter comme il se doit la victoire de ce combat de longue haleine, la foule grossit.

La foule est dense, le froid mordant. On patauge dans la boue. Une déclaration commune du mouvement est lue. Puis un tracteur bardé de fortifications en bois fend la multitude, suivi d'un gigantesque triton mobile, de 20 mètres de long. Un cortège s'étire derrière eux, piétinant sur les routes trop étroites pour une telle affluence. Il y a 40 000 personnes sur la ZAD. La foule des grands jours. On peut y croiser des gens de tous horizons, arborant souvent de larges sourires, ou les costumes les plus audacieux.

Arrivés à destination, les cortèges fusionnent, puis se dispersent sur trois champs adjacents. Un dragon aux narines fumantes fait son apparition. Un crocodile géant à la mâchoire acérée, vient également tenir compagnie au triton. Les trois géants se baladent dans la foule, se querellent dans un ballet surréaliste pendant qu'un speaker commente les événements. Au milieu du champ, un monticule de constructions représentant les grands projets destructeurs : l'extraction de sable, la poubelle nucléaire de Bure, le Center Parc de Roybon … et un avion en bois, massif. Les monstres virevoltent autour des symboles, avant d'y mettre le feu sous les acclamations. Une effigie de paille au visage de Gérard Colomb se consume.


Mieux que Royal de Luxe, sans les subventions. L'immense brasier réchauffe quelques instants les premiers rangs, avant de diminuer. Des fanfares continuent à jouer, et les dizaines de milliers de personnes se répartissent autour des concerts, discussions, et autres stands. Malgré la pluie, des milliers de personnes resteront bien après la nuit tombée, autour d'un fest-noz et d'autres réjouissances.

Il y a toujours quelque chose de prodigieux, dans une période où il est si difficile de se mobiliser, de voir des dizaines de milliers de personnes, parfois venues de l'autre bout de la France, voire de l'Europe, venir se perdre au milieu d'un bocage, dans une lande trempée, par un temps glacial, après avoir tâtonné le long de routes sinueuses pour partager quelques heures ensemble. Quoiqu'on en dise, la ZAD porte en elle cette magie. Et beaucoup semblent y tenir. Aujourd'hui, c'est certain, cette magie ne s'éteindra pas.


Manifestation contre le gouvernement



Alors qu'une insurrection fait rage dans les rues de Buenos aires suite a une réforme des retraites ultra-libérale, visant à baisser les pensions et augmenter le nombre d'années passées au travail ( Toute ressemblance avec des événements locaux est bien évidemment fortuite ).

Une manifestation se tenait à Bruxelles pour les mêmes raisons. Ce que le gouvernement nous propose, c'est un chômage de masse, des emplois instables, ultras-flexibles et des salaires de misère.. Une pension à 67 ans qui ne nous permettra même pas de vivre dignement et nous obligera à continuer de travailler dans des emplois précaires pour survivre. C'est bien ce que prévoient les flexi-jobs! Nous ne voulons pas d'une vie précaire.

Organisons-nous ! Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour défendre notre avenir.



Manifestation contre la loi anti-squat



Manifestation 1er novembre

Répression policière et solidarité de quartier

Hier soir, le gouvernement a marqué une nouvelle fois un tournant décisif dans la répression du mouvement squat. A mettre en relation avec les dernières expulsions expéditives de la nouvelle occupation du 123 Avenue Porte de Hal et de l’Orme ce mois-ci, pour ne citer qu’eux, ainsi que cette nouvelle loi votée le 5 octobre à la Chambre des Représentants criminalisant les squatteur-euses, le Gouvernement avait donné une consigne simple à la Police : empêchez-les de manifester ! Alors que la place du jeu de balle avait mis plus d’une heure à se remplir et où plus de 300 personnes ont finalement pris la direction de Porte de Hal à l’arrivée de la samba. Nous avions à peine fait 100 mètres lorsque des robocops ont bloqué simultanément les deux entrées de la rue Blaes avec les manifestants au milieu.

C’est ainsi que nous fumes pris en nasse durant plusieurs heures sans la possibilité d’avancer ou de reculer. L’énergie collective fut solidaire et c’est dans un rythme de batucadas que nous pouvions entendre la foule scander des slogans contre la police et cette loi-antisquat. Des habitants témoins de la scène montrèrent leur solidarité en diffusant par exemple de chez eux de la musique anti-police depuis leurs balcons. Un bref contact fut alors pris entre quelques volontaires et les deux chefs de la zone de police responsables de la situation. Sans surprise la police donnait non seulement l’ordre de quitter les lieux un-e à un-e en passant par les cordons de fouille et de contrôle déployé par les larbins. Certain-es choisirent de quitter les lieux en se résignant aux injonctions tandis que la plupart d’entre nous étaient bien décidé-es à résister coûte que coûte face à cette nouvelle démonstration d’autoritarisme.

Pris-es au piège, certain-es n’avaient pas leurs papiers ou ne voulaient tout simplement pas se faire ficher.


Un appel fut donc lancé aux habitants de la rue afin que ces derniers nous accueillent ou nous permettent de fuir par les sorties arrières de leur propriété. Contre toute attente, c’est exactement ce qui a fini par arriver. Plusieurs commerçant-es et habitant-es scandalisés par ces crétins de flics ont ouvert leurs portes afin qu’une petite centaines de personnes puissent prendre la fuite et échapper aux contrôles. Soudainement, l’entièreté des dernier-e-s manifestant-es resté-e s jusqu’à alors dans la nasse a totalement disparu devant les regards béats et impuissants des RG et des lignes de robots qui encerclaient à présent le vide. Peu de temps après, des marolliens ont commencé à canarder la flicaille tandis que d’autres personnes venues en soutien continuaient à mettre la pression à l’extérieur du dispositif.

C’est donc une mini victoire dans ce premier grand échec dans la rue et pour le squat de ces deux dernières années à Bruxelles. Aujourd’hui, les autorités ne veulent plus nous laisser manifester et ferment tous nous lieux autonomes un par un. Il n’y a plus de Centre Social Anarchiste, tous les squats se font fermer peu à peu avec les conséquences que cela implique pour le mouvement ainsi que les mal logés qui le composent. Peut être serait il temps de prendre du recul afin de nous réorganiser pour meilleure stratégie collective en prenant compte des nouvelles règles du jeu. Ce qui est sûr, c’est que nous ne pouvons baisser les bras car il en va de notre survie pure et simple au sein de cette société capitaliste. Nous ouvrirons encore et encore des espaces temporaires et autonomes dans lesquels nous pourrons continuer la lutte pour la liberté !

LOI ANTISQUAT => SQUAT ANTILOI !

 

LONGUE VIE AU SQUAT ET A SON MONDE ET MORT A CET ETAT IMMONDE !


Manifestation du 12 septembre à Paris


"Pendant que Jupiter nous méprisait en se cassant dans les îles pour la rentrée sociale, nous les fainéants, les cyniques et d’autres extrémistes défilions massivement à Paris et ailleurs en France.

En début de manif, vers 13h30 sur la place de la Bastille l’ambiance était surtout tenue par les camions des centrales syndicales : CGT, SUD, Front social, CGC, mais aussi FO, CFDT métallos du nord et quelques retrouvailles de cortèges pink, Witch bloc. Pendant ce temps les lycéens partaient de la place de la République pour nous rejoindre. Peu de flics en vue à ce moment là, pas de fouilles, l’ambiance était plutôt détendue." Lire la suite sur https://paris-luttes.info/loi-travail-2-manifestation-du-12-8678



Manifestation contre la loi anti-squat



Non à la richocratie !

Il ne manquait plus que ça. On apprend que la bande à Michel s’apprête à faire voter en septembre une loi, d’ores et déjà approuvée en première lecture, selon laquelle les squatteurs-squatteuses seront désormais passibles de prison ferme. Ainsi donc, après les expulsions massives du chômage, couplées à de nouveaux contrats d’emploi toujours plus précaires, après les coupes dans les aides aux associations de quartiers et dans les subventions aux soins de santé, après la répression de plus en plus violente de la contestation sociale , après l’intensification de la chasse aux personnes sans papiers, le gouvernement, de mèche avec les parasites privilégiés (spéculateurs immobiliers, big boss, lobbies), parachève en beauté sa criminalisation de la précarité en s’attaquant cyniquement à ceux qui occupent des bâtiments à l’abandon.

Autrement dit, c’est à l’heure même où les pires crapules, après avoir profité de leur mandat public pour puiser à la louche dans les caisses de la communauté, quittant la scène avec des indemnités de départ de 300 000 euros, qu’on décide de punir de peine de prison les sans-abris, à la recherche d’un toit, dans une Bruxelles constellées de logements vides (15 000 selon les dernières estimations).

Les droits sociaux et la lutte qui les a engendrés sont, dans le discours officiel, des éléments dont la Belgique aime se vanter. Force est de constater qu’ils sont en train d’être détricotés un a un pour laisser place à la volonté irresponsable des faiseurs de profit. Nous appelons donc à une semaine d’action partout en Belgique, contre la loi anti-squat et plus largement contre la criminalisation de la pauvreté et la glorification des entreprises destructrices de vie, de planète et de liberté.

Non à la richocratie ! Cette semaine commencera le 9 septembre 2017 avec un rassemblement à 17 h place du jeu de balle, 1000 BXL

Tout passe, tout lasse sauf la lutte des classes !

https://squatbelgium.noblogs.org/

 



Ende Gelande



 Du 24 au 28 août derniers, le camp climat "Ende Gelände" s'est tenu près du village d'Erkelenz en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Dans l'objectif de ralentir le réchauffement climatique, plusieurs milliers de militants et activistes ont répondu à l'appel pour venir bloquer et forcer l'arrêt d'une des nombreuses mines à ciel ouvert de charbon lignite, le plus polluant et le plus destructeur pour l'environnement dont l'Allemagne est le premier producteur mondial devant des pays comme la Chine, les Etats-Unis ou la Russie.



G20 Hambourg



Nous sommes nombreux-euses! 

Nous sommes bruyant-e-s ! 

Le monde va nous entendre !

#SmashCapitalism

#WelcomeToHell


Smash Nato



Le 24 et 25 mai se déroulait deux journées d'action contre le sommet de L’OTAN.

 

24 mai, cortège anticapitaliste & anti-autoritaire d'une centaine de personne au sein de la manifestation contre Trump, et ce malgré la répression qui a touché le mouvement anarchiste bruxellois avant même le début du sommet de l'OTAN.

 

25 mai, tentative de blocage du sommet de l'OTAN et à laquelle a participé le groupe NoG20_BE, bloquant le carrefour Bordet pendant plus de deux heures. Il est certains, qu'en l'état actuel de la gauche radicale belge, un blocage complet du sommet n'était pas envisageable. Néanmoins, cette action n'a pas été inutile, elle a été l'occasion pour beaucoup de militant-e-s de milieux et de pratiques différentes d'apprendre à se connaitre, de se faire confiance et d'accepter la diversité des tactiques. Ces réseaux et l'expérience qui résultent de cette action, sont des acquis pour de futures mobilisations massives et radicales !

 

Dans le contexte de crise du capitalisme, de raréfaction des ressources naturelles et énergétiques, les tensions s’accroissent entre les grandes puissances pour le contrôle de la planète, de ses ressources et pour la domination de zones stratégiques (surtout pour l’empire américain de plus en plus menacé). Pour répondre à ces nécessités les pays occidentaux développent leur bras armé, l’OTAN, afin de mener leur politique agressive et impérialiste. L’OTAN est le pendant militaire de la domination globale du capitalisme occidental. La politique militaire menée par l’OTAN est intimement lié aux politiques économiques mondiales qui seront à l’agenda du prochain Sommet du G20 à Hambourg le 7 & 8 juillet prochain, pour lequel plus de 100.000 manifestant-e-s sont d’ores et déjà attendu-e-s. #BlockNato #SmashG20



1 mai de Lutte



Manifestation à l'initiative du collectif NoG20_BE.

 

Alors que la situation actuelle sur le plan internationale est austère, la gauche caviar et autres syndicats mous du bulbe fêtent le 1 mai , pendant que d'autres étaient dans la rue .

L'heure n'est pas a la fête. #NeFetePasTonAsservisement

#AntiCapitalist

 

Action Autonome Liège s'est rendu au 1 mai de lutte à Bruxelles

"Plus que jamais, il faut construire la convergence des luttes entre les travailleurs-euses, les précaires, les femmes et les racisé-e-s. Plus que jamais la lutte contre le capitalisme, l’extrême droite et le nationalisme devient une nécessité.

Plus que jamais la résistance se doit d'être internationale ! C'est dans cette optique que le Collectif NoG20 Belgique appelle à un Premier Mai de Lutte anticapitaliste, internationaliste, antifasciste et anti-impérialiste.

 

Le Premier Mai doit être une journée de lutte et non de célébration, car si nous n’agissons pas, bientôt il n’y aura plus rien à fêter ! Face au capitalisme globalisé, la lutte sociale doit converger au niveau international. Internationalisons la lutte et la solidarité !" 



Manifestation contre l'extrême droite



Alors que les sondage annonçaient déjà Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles, une petite centaine de personnes ont pris la rue contre la montée de l'extrême droite et la banalisation de ses idées dans l'ensemble du champ politique (islamophobie, criminalisation et emprisonnement des migrant-e-s, renforcement des rôles genrés, etc.) européen.

 

Alors que le navire capitalisme prend l'eau de toute part et que l'illusion démocratique montre son vrai visage, celui d'un système répressif et injuste. Nous ne seront pas de celles et ceux qui sauveront le système pour barrer la route à l'extrême droite.

 

Entendons nous bien, les partis de gouvernement, l'état et les patrons sont les seuls responsables de la montée de l'extrême droite. Nous ne voulons pas sauver le système économique et politique actuel, nous voulons le renverser. Preuve en est puisque les autorités communales d'Ixelles (MR-PS) avaient, comme à leur habitude, déployé un imposant dispositif policier pour protéger le local des néo-nazis de l'APF au 22 Square de Meeus.

 

Les manifestant-e-s se sont également arrêtés à la Maison Communale d'Ixelles (transformé en camp retranché pour l'occasion) pour souligner la duplicité du pouvoir politique avec l'extrême droite.

 

#BruxellesZoneAntifasciste

#NonAuLocalNazi

#22SquareDeMeeus



Manif contre le centre fermé de Vottem



L'opération policière violente et préméditée prouve encore une fois qu'il s'agit de répression politique dont le but est de mettre la pression sur les militant-e-s antifascistes afin de casser le développement du mouvement antifasciste en Belgique, de l'isoler en le diabolisant et de décourager les mobilisations à venir. Que ce soit à Bruxelles, où ici à Liège nous constatons la même stratégie policière qui répond à un agenda politique évident de la part d'un appareil policier et d'un ministre de l'intérieur (Jan Jambon - NVA) idéologiquement et politiquement proche de l'extrême droite. Cette répression politique n'affaibli cependant pas notre détermination à lutter aujourd’hui plus que jamais contre la montée de l'extrême droite, quelque soit sa forme.

Image de l'arrestation lors de la manif à Vottem aujourd'hui. Le bloc antifasciste a fait l'objet d'une arrestation "pour présomption" visant à contrôler l'identité des camarades présent-e-s alors qu'illes défilaient tranquillement.

 

Ce dimanche 26 Mars avait lieu à Liège l’anniversaire du tristement célèbre CENTRE FERMÉ DE VOTTEM. Comme chaque année à cette occasion le CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers) organisait son rassemblement dans un lieu très symbolique: l’Enclos de Fusillés, endroit où sont inhumés plus de 400 personnes exécutées par l’armée Allemande durant la seconde guerre mondiale. Après quelques prises de parole, jeunes, vieux, parents, enfants, groupes syndicaux et politiques ou simples anonymes, ils étaient nombreux à se diriger vers le Centre Fermé au son des tambours et slogans pour aller frapper une nouvelle fois contre les portes de cette prison pour étrangers. A l’heure où le gouvernement Michel et son secrétaire d’état Theo Franken traquent ceux qui ont cherché refuge ici et durcissent la politique d’enfermement et d’expulsion, à l’heure où l’Europe ferme ses frontières, bafoue le droit d’asile et la liberté de circulation, il est plus que jamais nécessaire de manifester notre refus de telles politiques injustes et répressives. Preuve s’il en est du durcissement de ces politiques, l’attaque par les forces de police d’un groupe anti-fasciste qui défilait pacifiquement au sein du cortège. Fred Herion / Krasnyi Collective



Liège antifasciste & anticapitaliste

Smash G20

NoG20_BE

#LiègeBruxellesConnexion

#AntifaCrew

#AnticapitalistAction



Manifestation contre l’austérité 



29 septembre 2016. Manifestation nationale contre le gouvernement de droite néo-libéral.

Cortège contre la Loi Peeters avec comme message "nord-midi c'est fini", une manière de dire que les manifestations sans lendemain, l'absence de plan d'action, y'en a marre ! Les directions syndicales ont déjà capitulées sans combattre, si ce n'est pour sauvegarder la "concertation sociale" au dépend des travailleurs-euses, des jeunes, des précaires, etc.

#29sept #Stop45




Blocage du sommet européen TAFTA/TTIP



Ce vendredi 19 décembre, plusieurs milliers de personnes (agriculteurs, jeunes, chômeurs, syndicalistes, … issus de plusieurs pays européens) ont bravé la pluie à l’occasion de la manifestation organisée par l’alliance du D19/20. Des occupations de bâtiments ont également pris place, tels que celui du “Business Europe”, ou encore“FoodDrink Europe”, de grands lobbys européens visant à privilégier les multinationales qu’ils représentent. Le rassemblement visait à encercler le sommet européen afin de dénoncer et d’empêcher les accords qui s’opèrent entre grandes puissances lors de ce sommet. Ces dernières se sont réunies la veille et ont conclu leurs accords durant la nuit craignant que le blocage les empêche de se réunir aujourd’hui.


C’est donc une victoire partielle pour les manifestants, bien que cela n’ait pas empêché la reunion de se tenir, seulement de la déplacer. C’était en tout cas l’occasion de mettre en avant les plans d’austérité décidés au niveau européen, à grands coups de coupes budgétaires dans les budgets publics et  d’accords de libre échange comme le Traité Transatlantique.